Le Troisième Testament

Enseignements, révélations et prophéties



L'incessante activité de l'esprit


"Repose en paix"… Vous avez déjà entendu cette phrase lorsque quelqu'un part pour l'au-delà, mais avez-vous déjà médité sur le sens erroné de cette phrase ? L'humanité vit de traditions sans réfléchir aux faux concepts spirituels qu'elle entretient et qui passent pour des vérités.

Le repos spirituel, tel que vous l'entendez, n'existe pas. Le repos qui accompagne l'esprit, c'est au contraire l'activité, c'est se multiplier pour faire le bien. Voilà la façon pour l'esprit de se reposer, c'est-à-dire apaiser les remords et les chagrins que la conscience éprouve dans l'au-delà. En aimant et servant son Créateur à travers toutes ses créatures, l'esprit trouve la paix.

Si votre esprit devait rester inactif pour se reposer, selon votre concept du repos sur Terre, les ténèbres du désespoir et de l'angoisse s'empareraient de lui, car la vie et la lumière de l'esprit, ainsi que son bonheur véritable, ce sont le travail, la lutte et l'incessante activité au service des autres.

L'esprit qui retourne de la terre vers le monde spirituel, portant en lui la fatigue de la chair et cherchant dans l'au-delà le repos, l'oubli des luttes humaines, se sentira bien déçu de ne pas trouver ni la paix ni le bonheur attendus. Cet esprit devra reconnaître son erreur et comprendre que la vie spirituelle, c'est l'amour, le travail, la lutte continuelle sur le sentier qui conduit à la perfection.

C'est ici sur Terre que l'esprit doit se sentir prisonnier, car tout y est limité et passager. C'est ici qu'il doit se fatiguer de l'imperfection et de l'impureté de la vie humaine. Mais il ne s'agit pas d'une fatigue comme celle qui épuise physiquement, mais plutôt d'un dégoût pour tout le mal, une répulsion pour tout ce qui y est injuste, une fatigue de lutter et souffrir trop souvent pour des frivolités ou des causes vaines.

Pour l'esprit, le repos serait son pire châtiment et l'activité sa plus grande récompense ; c'est en plus une façon d'imiter son Père, car Dieu ne se repose jamais. L'esprit comprend d'ailleurs, une fois dans l'au-delà, que la fatigue pour lui n'existe pas, pas plus que n'existe la nuit, le jour, la faim ou la soif. Son seul désir sera alors de poursuivre le travail de régénération et de perfectionnement que rien n'arrête jamais.

précédentsuivant