Le Troisième Testament

Enseignements, révélations et prophéties



Le Dieu d'Israël


L'être humain, du fond des âges, a toujours cherché à comprendre le mystère et la vérité de l'existence. Il commença par tout attribuer à la nature. Puis, à force d'observation et de méditation, il en arriva à penser qu'il était impossible que du néant surgissent à la vie tant de merveilles.

Une force créatrice, une intelligence et un pouvoir supérieur devaient exister. Dans cette croyance s'affirma la foi des hommes qui, à leur tour, créèrent des cultes et des rites pour adorer Celui de qui jaillit toute créature.

Ainsi, dans les temps anciens, Dieu fut-il vénéré sous toutes sortes de formes matérielles visibles : les astres, les éléments de la nature et même des idoles faites de mains d'hommes.

De nos jours, après des siècles de religiosité et de fanatisme, une grande partie de l'humanité a perdu toute illusion pour le spirituel et ne s'intéresse qu'aux choses purement matérielles. Certains nient même l'existence d'un Créateur.

Comment pourrait-elle aimer un Dieu qu'elle ignore ou méconnaît à cause de tant de confusions ? De là naissent les grandes questions : qui est Dieu ? Comment est-il ? Existe-t-il réellement ou non ?

Ces questions, et d'autres, se posent pour ceux dont connaître Dieu reste un idéal qu'ils n'ont pas encore vu se réaliser. Peut-être parce qu'ils n'ont pas su le chercher là où Il habite vraiment : dans le propre esprit et cœur de l'Homme.

Il y en a qui disent : Dieu est dans les cieux, d'autres qu'Il vit dans l'au-delà. Ils ne savent pas ce qu'ils disent ou ignorent ce en quoi ils croient.

Bien sûr qu'Il est aux cieux, mais pas dans un endroit déterminé imaginable. Il vit dans les cieux de la lumière, de la puissance, de l'amour, de la sagesse, de la justice, du bonheur et de la perfection.

Il vit dans l'au-delà, oui, mais au-delà du péché, au-delà du matérialisme, de l'orgueil, de l'ignorance.

Les uns le cherchent dans la nature, d'autres le sentent seulement au-delà de tout le matériel. La vérité, c'est qu'Il est partout. Et pourquoi le chercher hors de vous, si là-aussi Il est présent ?

Il y en a également qui, le cherchant, ne le trouvent pas, parce qu'ils le font à travers des rites, des cérémonies et des coutumes traditionnelles qui n'impressionnent que les sens.

Cherchez sa Présence dans toutes ses œuvres et à chaque pas vous le trouverez. Ecoutez sa voix qui s'exprime dans toute la création parce qu'à travers elle Il se manifeste. Aussi bien dans un astre, dans la tempête que dans la douce clarté de l'aurore.

Vous pouvez sentir sa présence dans le piaillement mélodieux d'un oiseau ou le parfum d'une fleur. Chacune de ses expressions parle d'amour, d'accomplissement à la loi de justice, de sagesse, d'éternité de l'esprit.

Il est Esprit. Et en toute œuvre, Il est présent.

Dans la plus insignifiante créature, la feuille d'un arbre par exemple, ou dans la magnitude de l'univers. Et si vous regardez profondément à l'intérieur de vous-mêmes, là-aussi vous le découvrirez. Oui, Il est là, dans ce temple resté si longtemps caché aux yeux de l'esprit. Et beaucoup en effet doutent de l'existence de Dieu sans savoir qu'ils le portent en eux-mêmes.

Ne le cherchez jamais sous une forme déterminée parce qu'Il n'en a pas. Son Esprit n'a pas d'âge non plus. Il est hors du temps.

L'Esprit n'a pas de forme, de même que l'Amour, l'Intelligence ou la Sagesse.

Il est le Tout. Sans début ni fin. L'alfa et l'oméga de toute création.

Ne cherchez pas Dieu par le chemin de la science, cherchez-le, Lui qui est Esprit, par le chemin de l'esprit et vous le trouverez.

Ainsi comme dans le matériel vous apprenez à lire aux enfants en leur montrant d'abord les lettres, puis les mots et ensuite les phrases jusqu'à ce qu'ils soient en mesure de lire un livre, en ce qui concerne le spirituel vous devez également avancer peu à peu.

Vous déchiffrerez chaque fois mieux le sens figuré, les paraboles et les symbolismes à travers lesquels vous apprendrez les grandes leçons spirituelles.

Israël fut le nom que J'ai donné à Jacob et à sa descendance. J'ai inspiré des patriarches et des prophètes pour qu'ils appellent ce peuple "le peuple de Dieu", parce qu'entre tous les peuples et tribus de ce temps-là, celui-ci vint au monde avec une mission spirituelle.

Tandis que d'autres peuples donnaient au monde des philosophes ou des hommes de sciences, le peuple d'Israël engendrait des prophètes qui transmettaient des messages divins, des patriarches qui enseignaient avec l'exemple de leurs vies le chemin vers le Dieu unique ainsi que des apôtres qui vivaient et mourraient témoignant la vérité.

Dieu choisit le peuple hébreu pour faire incarner parmi lui Israël, car c'était le seule peuple qui possédait l'idée du Dieu unique, du Dieu invisible, du Dieu de Justice. Alors que les peuples païens avaient une multitude de divinités, visibles et imparfaites, vengeresses ou prétentieuses comme les humains.

Le concept du Dieu invisible et unique était complètement nouveau dans l'histoire de l'humanité. C'était la première fois qu'un peuple croyait en un Dieu qu'il ne voyait pas mais qui était partout, un Dieu de justice qui ordonnait le bien et haïssait le mal.

De toutes les races humaines, c'était l'hébraïque qui en ces temps-là était la plus avancée sur le chemin d'évolution spirituelle. Voilà pourquoi de cette race surgirent les patriarches, hommes droits, de grande force spirituelle, de conscience nette. Dieu se servit d'eux pour se manifester à leurs familles, leurs tribus…

Plus tard apparurent les prophètes, hommes de grande sensibilité spirituelle, esprits plus évolués que la plupart des humains, qui parvinrent à la communication directe avec l'Esprit du Père et pouvaient ainsi transmettre des messages divins. Ces enseignements ne furent pas seulement destinés au peuple hébreu, ils concernaient tous les humains et demeurent comme patrimoine de l'humanité.

précédentsuivant